Là où je me prends carrément pour Jésus

Dans Palestine
30/01/2022
4 min de lecture

A la base, je voulais écrire un livre sur mon séjour en Palestine. Puis, je suis partie vivre en Equateur. Bon.


J’avais au moins écrit l’intro :

Je me suis levée ce matin de septembre, en me demandant ce que je faisais sur Terre et ce que je pourrais apporter à l’Univers. Profonde question pour un lundi matin ! C’est là où j’ai eu la révélation qu’il me fallait partager ma dernière expérience de voyage, que peut-être mon point de vue pourrait intéresser certaines personnes et que ce serait aussi l’occasion pour moi de revivre ce voyage virtuellement et de libérer mon petit cœur.

Il est temps de vous raconter mon séjour en Palestine.

Après avoir passé deux ans au Sultanat d’Oman, j’étais un peu perdue et me demandais ce que j’allais devenir, question récurrente dans mon petit cerveau. Je pensais vouloir rester en France mais finalement, je me suis sentie vite oppressée. Après deux semaines chez moi, j’ai finalement cherché à repartir et un organisme m’a proposé plusieurs missions : une à Madagascar (trop loin), une en Autriche (trop froid) et une en Palestine (pourquoi pas) ! Quand je racontais par la suite ces différentes propositions à mes amis, ceux-ci se moquaient de moi « Et pour la Palestine, tu n’y as vu aucun inconvénient ? » Et bien non. Je connaissais très peu l’histoire du conflit, j’avais une amie qui y avait vécu et qui avait adoré, et ce n’était pas trop loin de la France et pas trop froid. Mon « pourquoi pas » c’est donc transformer en « on y va » !

Et on y était.
Au début, je me demandais ce que je faisais là et à la fin, je pleurais parce que je ne voulais plus partir. Les Palestiniens ont été tellement gentils avec moi, que je m’étais sentie renaître là où Jésus était mort. Coïncidence ?

Non je déconne.

J’ai eu la preuve ultime de leur gentillesse la dernière semaine de mon séjour. Le chef de mon chef me convoque dans son bureau. Je ne l’avais jamais vu. On m’offre d’énormes livres, une montre trop chère et une enveloppe. Je suis contente et pragmatique : comment ça va rentrer dans mes valises déjà pleines ? Objectif de ma vie : apprendre à voyager léger.

L’enveloppe m’intrigue. Mon collègue qui parle français me regarde et me dit : « c’est 1000 » ! 1000 quoi ? Qu’est-ce que 1000 trucs rentrent dans une enveloppe ?? 1000 plumes ?!?! Voyons, je ne suis pas si débile, on sait bien que c’est des thunes ! Donc je suis face au big boss qui me parle en arabe et me raconte je ne sais quoi, et pendant ce temps dans ma tête, mon cerveau se transforme en calculette. 1000 shekels alors ? (la monnaie de là-bas) Wtf ?! Ça fait 250 € ! Pourquoi on me donnerait 250€ pour m’être roulé les pouces pendant 6 mois ?!!!

250€ pour des pouces musclés, qui dit mieux ?!

J’ai hâte de rentrer chez moi pour vérifier cette absurdité, mais mon collègue veut qu’on aille boire un café. Je ne vais pas dire non, je lui dois bien ça. On boit le café, tranquille. Je crois que je ne l’écoute pas vraiment, il y a des shekels qui se bousculent dans ma tête. A un moment, il s’absente.
Je regarde l’enveloppe, l’enveloppe me regarde.
Les shekels dansent la lambada.
Je me dis « je l’ouvre ou je ne l’ouvre pas ? »
Allez, je l’ouvre !

Les shekels se font la malle.
Ce n’est pas 1000 shekels qu’il y a dans l’enveloppe, c’est 1000 dollars ! (1000 dollars = 900 euros)
Donc les gars m’ont sérieusement donné 900€ de pourboire, comme ça, en plus de mon salaire. C’est plus un élan de générosité là, c’est un javelot !
Je suis abasourdie, et c’est bien la première fois que j’utilise ce mot.

Mon pote revient. Il me dit des trucs. Heureusement qu’il parle tout seul parce que je suis en train de chanter dans ma tête : « 1000 dollars ! 1000 dollars ! 1000 dollars ! »

Tournée de shishaaaaaaaaaaaas !!

Commentaires

Doyat Emilie

Tu as vécue une jolie aventure en Palestine. Tes pouces sont toujours autant muscles ?
1000 dollars de pourboires……waouuuuuuu j’ai pas compris comment tu as fait. En France, en état serveuse, j’ai jamais eu autant.
Tu as bien de la chance ou alors tu as fait une super bonne impression au chef de ton chef. Bravo

calientepatata

Mes pouces sont affreusement flasques depuis que je me suis mise à travailler…merci pour ta préoccupation. Moi non plus je n’ai toujours pas compris comment j’ai fait pour mériter une telle somme, je suis toujours abasourdie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *