Capítulo dieciséis : 6 mois en Equateur, le bilan.

Dans Capítulos
18/04/2022
8 min de lecture

Que le temps passe vite ! J’en suis déjà à un quart de mon séjour !! Si on me demandait de rentrer en France là maintenant, je serais tellement triste et frustrée. Je n’ai visité que 3% du pays, j’ai atteint que 40% de mon objectif en espagnol et je ne suis toujours pas une professionnelle de la bachata. Non non non faut rester encore un peu !

Et vu tout ce que j’ai vu en 6 mois, imaginez ce qui m’attend pour les 3 quarts restants !

Aujourd’hui, je vous fais le bilan, calmement, en s’remémorant chaque instant :

  • Je me suis enfin investie dans mes cours d’espagnol. J’ai commencé des cours intensifs à l’université. C’est trop bizarre de dire « ouais déso j’peux pas je vais à la fac » ! Cela me ramène 10 ans en arrière quand j’étais étudiante et dynamique – oula ça me fatigue rien que d’y penser ! Sauf que 10h de cours d’espagnol par semaine + 40h de travail du lundi aprem au samedi midi = la fin de l’activité que j’aime le plus au monde, dormir ! Autant vous dire, l’ennui est devenu un luxe pour moi. Je suis épuisée. Mais heureusement ça paie ces frutas comme on dit en espagnol. Aujourd’hui, j’ai fait mon premier jeu de mots : je venais d’acheter des œufs et j’ai dit « hasta l’huevo » (huevo = œuf) au marchand, au lieu de « hasta luego » (« à plus »). C’est drôle hein ? Bon, il n’a pas ri. Je suis les cours d’espagnol avec un polonais, un chinois, une iranienne et ma pote française. On dirait le début d’une blague, mais non. J’ai pas de chute. Donc voilà, bonne nouvelle, je progresse en espagnol et je vais bientôt pouvoir faire un article en espagnol. Ah bin la voilà la blague !
  • J’avais des sous-groupes d’amis et je les ai tous réunis. Résultat : on fait trop la fête. Je vous ai dit que j’étais épuisée ? Même mes cernes ont des cernes. Mais la vie est trop courte pour ne pas en profiter, et on a 2 ans de confinement et de couvre-feu à rattraper donc c’est bien le moment ! Par contre, je ne sais pas si on abuse ou pas mais on en vient à sortir pour n’importe quoi, par exemple une fois on est sortis pour « fêter » une opération de dents de sagesse. Merci Tassy ! L’autre jour, quelqu’un lui a dit qu’elle avait un bon accent espagnol, elle m’a dit « je suis à deux doigts de faire une fête ! ». Bref, qui fait ça ?
  • D’ailleurs, en parlant de confinement, ça me rappelle qu’après le COVID, comme je n’étais pas sortie pendant deux semaines, j’ai voulu rattraper mon retard donc j’ai fait 5 fêtes en une nuit : à 21h, boire un coup avec des collègues ; à 22h, rejoindre un pote pour aller danser la salsa ; à minuit, rejoindre d’autres potes en boîte ; à 2h, aller dans une autre boîte pour rejoindre d’autres potes ; à 3h, aller en after ; à 5h, dodo. Vous comprenez maintenant pourquoi j’ai réuni mes amis ? Faut que j’économise sur les taxis !
  • Le coupable aussi de cette débordance de vie sociale c’est mon coloc. Comme s’il n’y avait pas assez d’endroits pour se trémousser et boire de la mousse, il a ouvert un bar ! Et moi, je suis super sympa vous comprenez ?! Donc on le soutient, du mercredi soir au samedi soir. Il n’est jamais trop tard pour boire des mojitos ! On devrait les appeler Mojitards du coup (ok je me tais). Son bar est devenu une salle des fêtes gratuite où on organise toutes les fêtes et anniversaires. J’ai même organisé son annif sur le thème « rock’n’roll » sans qu’il sache ce qu’on avait prévu dans son propre bar. Loco !
  • Dans ce même bar, j’ai vu deux amis faire de la boxe. Apparemment ici, quand tu as deux potes qui s’envoient trop de vannes on leur dit « stop ! ça suffit ! maintenant faites un combat de boxe pour régler vos différents ! » Oui oui, ils disent exactement ça. Encore une cocasserie ! C’est vrai qu’on ne se fout pas assez sur la gueule entre potes. Je pensais que ça allait être un truc de dingues parce qu’un des boxeurs est venu s’entrainer chez nous tous les soirs mais en fait ça n’a duré que 5 minutes. Grosse blague.
  • Je suis sûre que vous n’avez rien écouté du dernier paragraphe parce que vous êtes en train de vous dire que je n’y gagne rien du tout à soutenir un manager de bar, à part peut-être accroître mes connaissances en cocktail. C’est faux ! C’est un soutien mutuel ! Vous savez ce qui m’est arrivé l’autre jour ? Je sortais de soirée, j’allais au bar de mon coloc en Uber, et comme je suis à -8000 heures de sommeil et que je n’ai plus rien dans la « cabeza » bin j’ai oublié mon téléphone dans le Uber ! Donc là, j’ai envie de pleurer un peu. 400€ et 2000 photos envolées en fumée, comme ça, pouf ! Heureusement, il y a mon pote, tel un chevalier galant, qui chevauche sa moto et part à la recherche du Uber. Hélas, il revient bredouille. Pendant ce temps, mon coloc appelle 90 fois mon tél pour voir si le chauffeur du Uber répond. Ça marche une fois et après le gars ne répond plus. Pourquoi se faire chier à répondre quand tu viens de trouver un téléphone gratuit dans ta propre voiture ? Est-ce que c’est du vol même ?! Donc là, je retrouve mes esprits, je rentre chez moi et je réussis à tracker mon téléphone sur Internet. Vu que je m’étais fait voler mon téléphone en août à Nice, j’avais pris toutes les dispositions nécessaires pour être bien surveillé, rien à foutre si le FBI m’espionne, je veux retrouver mon portable ! Donc je trackais mon téléphone et en même temps, j’écrivais sur Facebook à mon coloc : « il est sur la Gonzalez Suarez ! maintenant il se dirige vers le Parque de la Carolina ! Non attends, il tourne à gauche ! » Et lui, avec ses copains fifous, ils sillonnaient la ville à moto pour retrouver le Uber. Quelle adrénaline, on se serait crus dans un épisode du NCIS, mais en version low-budget ! Et là pouf ! Ils retrouvent le gars, récupèrent le téléphone et me sauvent la vie, tuent un dragon et sautent d’une tour enflammée, sur leur moto bionique à paillettes. Je me tais ? Si ça ce n’est pas du soutien mutuel !
  • Revenons à nos moutons et cessons de vous tenir en baleine. Ici, les gens croient que j’ai 24 ans. Je ne sais pas si c’est l’air de la pluie qui me fait paraitre plus jeune, ou qu’ils ont simplement des troubles de la vision, mais ça fait plaisir en tout cas. Le problème, c’est que du coup, je me fais draguer par des enfants. 3 personnes récemment m’ont dragué : deux hommes de 22 ans, et une femme de 19 ans. Elle était au bar, elle a flashé sur moi et elle a demandé mon prénom à la serveuse. Après, elle vient me voir et elle me dit, normal : « Sarah, je peux te parler ? ». Bin oui. J’ai cru qu’elle voulait des cours de français moi. Bin non. Elle voulait un « french kiss ». Bin voyons ! Je lui ai répondu : « merci madame, c’est très gentil de vous intéresser à moi et je suis ravie que vous vouliez que nous ayons de plus ‘profonds’ échanges, mais voyez-vous je suis guère intéressée et vous ne méritez absolument pas d’être entrainée dans les ténèbres que constituent ma vie sentimentale. » Non c’est pas vrai, j’ai répondu “lo siento pero prefiero los zizis”. Elle était bouche bée.
  • Pour le week-end de Pâques, ce week-end en fait, on avait aussi un week-end de trois jours. J’aurais aimé partir à l’aventure pour avoir des choses loufoques à raconter mais tout ce que j’ai fait c’est dormir, et…roulement de tambour…manger une raclette ! On peut donc se dire que c’était un très bon week-end.
  • L’autre jour, j’étais déprimée donc j’ai voulu me consoler en achetant des chaussures, et bin figurez-vous que la pointure maximale c’est 38 ! Et je fais du 40. Heureusement que j’ai emmené 13 paires de chaussures avec moi. Donc bref, je n’ai rien acheté ! Franchement, ça, ça serait une vraie raison de retourner en France. Je vous tiens au courant.

Allez, hasta l’huevo !

Commentaires

Latifa

Ahahha ton jeu de mot est extra! Je valide à ciento por cierto. Et le mien, est pas mal aussi m, non?ok je sors aussi. Xx besitos mi loca.

calientepatata

Latifa en la casaaaaaaaaaa !! Je valide tout de toi, même tes jeux de mots rigoulos XD

Troirudupémonial

Seis meces ! Hace mucho tiempo!!! Solamente un quarto de tu aventura….
J’arrête là mon espagnol, vu tes bons résultats, tu vas te moquer. 6 mois que ta vie équatorienne semble si pétillante à côté de l’état végétatif dans lequel tu étais au début de l’automne (si j’exclu les bringues ici et là). Le travail et la fête, si je résume en 2 mots: trabajo y fiesta! Pas étonnant que tu sois fatiguée tout le temps, même si je te soupçonne d’être née fatiguée!!!! Lol! Et rassure-toi, tout reste en place ici, même tes nombreuses chaussures t’attendent, trop tristes de cette mise à la retraite anticipée. (n’achète plus de chaussures stp, les amis sont de bien meilleurs antidépresseurs, voire les mojito (ou mojitards, pourquoi pas!) mais avec modération hein!). Voilà; j’ai craqué, trop envie de participer à cette super idée de blog, de mettre en mots et en photos, cette belle aventure que tu vis avec autant de richesses (pas sûr qu’elle soit pécunières!) humaines et d’expériences. Fais attention quand même, à toi surtout, à ton téléphone et aux déclarations d’amour bizarroïdes;). Et PROFITE!!!

calientepatata

Ah ! On est d’accord !! Je suis née fatiguée…c’est ce qu’il se passe quand on arrive avec 3 semaines d’avance ! Oh mes petites chaussuuuuures !! je pensais pas que tu préférerais que je boive des mojitos plutôt que j’achète des chaussures mais d’accord ! Hahaha merci ma troidupémonial, je respecte ton anonymat, ça faisait longtemps qu’on t’attendait sur le blog 🙂

Milou

Buenos dias…si c’est bien bonjour en espagnol.
Tu dois faire des économies sur les chaussures, vu qu’il n’y a pas ta pointure!
Mais apparemment les économies que tu fais sur les chaussures, tu les dépenses en fiestas.
Tu as bien raison d’en profiter, même avec toutes tes cernes.
Je suis contente que tu aies retrouvé ton téléphone…tu pourras nous faire voir tes photos.
Amuse toi bien.
Hasta Luego

calientepatata

Haha merci !! Non t’inquiètes, je fais des économies hein, de quoi préparer mes prochaines vacances !!

Azra

Toujours un plaisir de te lire et de suivre tes aventures. Merci pour ces partages ! Hasta la vista !

inthemoon

Coucou Sarah, je retrouve avec grand plaisir ton blog toujours aussi pétillant. Tu as du l’entendre déjà mais ton jeu de mots fort subtile et peut-être malcompris de son destinataire me rappelle l’histoire de ta grand-mère qui proposait avec insistance du gateau à de jeunes espagnoles qui ne voulaient pas manger du gato … ce n’était pas vraiment un jeu de mot mais le quiproquo était aussi drôle …. comme celui du périnée et des Pyrénées …
Quant à l’anonyme « troirudupémonial », tu sais bien que ses conseils au sujet des mojitos ne sont que galéjades …
Merci de nous faire partager l’Equateur et Quito, c’est sans doute moins objectif que le Guide du Routard mais c’est plus plaisant et gratuit !
Gros bisous

calientepatata

Et quel plaisir de retrouver une lectrice aguerrie! Dis toi que je n’avais jamais entendu cette histoire de manger du gato! hâte d’en savoir plus 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *